Ensemble Contre le Sexisme

L’IVG dans la Constitution

Le 4 mars 2024 marque une page d’histoire pour la France

Nous célébrons avec une immense joie l’inscription du droit à l’IVG dans notre Constitution.

La France, pionnière, devient le premier pays à consacrer cette liberté fondamentale dans son socle constitutionnel. C’est le résultat d’un combat acharné mené par les femmes à travers les siècles, une victoire éclatante pour nos grand-mères, nos mères, nos copines, nos collègues, nos sœurs et pour nous-mêmes.

Aujourd’hui, l’IVG ne sera plus un sujet de débat, mais une liberté gravée dans notre constitution.

Le collectif célèbre ce succès avec une immense fierté, félicitant tou•tes ses membres pour leur militantisme passionné et leur engagement sans faille. Un immense merci à nos élu•es qui ont porté ces projets de lois.

Enfin, un sincère merci à toutes les femmes qui ont contribué à faire de cette victoire une réalité.

Des membres d'Ensemble contre le Sexisme au Trocadéro le 4 mars 2024

La tribune de Catherine Ladousse, coprésidente (extraits)

Ce 8 mars 2024 a une saveur particulière. La France vient d’inscrire le droit à l’IVG dans sa constitution ! Un vote historique, une première dont nous pouvons être fièr•es. 

« Une victoire, un bonheur et une fierté » a dit à la tribune du congrès Laurence Rossignol le 4 mars dans un discours vibrant d’émotion saluant toutes les organisations féministes qui ont beaucoup œuvré pour ce résultat !

La France est le seul pays au monde à l’avoir fait en vue de préserver la liberté des femmes à disposer de leur corps, considérant qu’il s’agit d’une liberté fondamentale à garantir au sein de sa constitution. 50 ans après la loi Veil, quel symbole !

L’historienne et ancienne diplomate Claudine Monteil , qui a été la plus jeune féministe à signer le manifeste des 343, biographe de Simone de BEAUVOIR nous a dit lors du vote au Sénat :

« C’est le plus beau jour de ma vie. Vous allez au-delà de mes rêves, vous êtes toutes les filles et petites filles de Simone de Beauvoir. »

Le 4 mars, le congrès a adopté avec une majorité écrasante cette décision créant un élan et un enthousiasme sans précédent auprès des organisations féministes rassemblées au Trocadéro à l’initiative de la Fondation des Femmes. Nous avons célébré cette victoire avec le Le Planning Familial, la CLEF (Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes) et le collectif Ensemble contre le sexisme, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes et bien d’autres qui avaient demandé cette inscription depuis quelques années afin de préserver ce droit, suite aux menaces qui pèsent dans le monde et en Europe.

Alors c’est vrai, cette bataille est gagnée et on ne peut que s’en réjouir. Mais pour une bataille de gagnée, combien de batailles reste-t-il encore à mener en 2024 pour atteindre l’égalité réelle à laquelle nous aspirons depuis si longtemps ?

  • Au travail, pour l’égalité salariale et un égal accès aux postes de responsabilité.
  • En famille, pour un vrai partage des tâches domestiques et de la « charge mentale ».
  • Dans les médias, pour une meilleure visibilité des expertes, politiques, sportives, artistes.
  • Dans tous les sphères du pouvoir pour la parité et la gouvernance partagée, que ce soit en politique, dans le sport, la culture…

Et la liste est loin d’être exhaustive, sans compter la lutte contre le sexisme, les violences faites aux femmes et les féminicides dont le nombre ne décroit pas

Ne boudons pas notre plaisir et savourons ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes qui marquera l’histoire des droits des femmes dans notre pays ! 

Lire la tribune publiée par Catherine Ladousse sur LinkedIn : Ce 8 mars 2024 a une saveur particulière

Ensemble contre le sexisme
Adresse
Contact

88% des Français.es considèrent que les femmes et les hommes ne sont pas égaux en pratique.

78% des Françaises ont vécu personnellement un acte sexiste ou ont été destinataires de propos sexistes.

80% des Français.es considèrent que les lois et sanctions existantes sont insuffisantes ou mal appliquées.

Aller au contenu principal