Ensemble Contre le Sexisme

Tribunes

L’extrême droite est incompatible avec les droits des femmes. Tribune cossignée par Ensemble contre le sexisme.

 Parution JDD le 15 avril 2022

« Nous, associations de défense des droits des femmes, ne sommes pas dupes. Si Marine Le Pen prétend que voter pour elle, une femme, c’est voter pour les droits des femmes, ses actes la contredisent. Nous alertons avec gravité sur les risques de recul pour les droits des femmes que représenterait son accession à la Présidence de la République.

À l’international, elle affiche sa proximité avec des dirigeants aux politiques discriminatoires et ultra réactionnaires comme Donald Trump, Viktor Orban, ou Vladimir Poutine. À celles et ceux qui seraient tentés “d’essayer”, dans l’histoire récente ou aujourd’hui dans d’autres pays, lorsque l’extrême droite et les partis alliés du Rassemblement national sont au pouvoir, les femmes payent un lourd tribut. En 2017, avec le soutien de Vladimir Poutine, la Russie a décriminalisé une grande partie des violences domestiques. Le danger de voir un jour une telle politique en France est réel – et nos droits sont fragiles.

Comme 77% des françaises, nous trouvons que les sujets des droits des femmes n’ont pas été traités correctement pendant la campagne présidentielle. Nous avons porté auprès des candidats le Plan d’urgence pour l’Égalité. Nous savons qu’il y a urgence pour l’égalité et la lutte contre les violences faites aux femmes. Nous savons que si pendant le quinquennat qui s’achève, le Gouvernement a porté de nombreuses initiatives en réponse à nos mobilisations, son bilan est mitigé à plusieurs égards, notamment son refus de mieux financer la lutte contre les violences et leur prévention ou l’absence de politiques ambitieuses pour réduire les inégalités. Nous continuons à demander à Emmanuel Macron de s’engager plus fermement pour les droits des femmes. Mais il est aujourd’hui de notre responsabilité de dénoncer une élection qui, si elle avait lieu, serait la plus grande régression pour les droits des femmes.

Tout d’abord, nous rappelons que Marine Le Pen, son parti et ses soutiens sont de tout temps les principaux opposants à l’avortement. Ils ont régulièrement dénoncé les soi-disant « IVG de confort ». Au cours des derniers mois, ils se sont fermement opposés à l’allongement des délais de 12 à 14 semaines.

À l’Assemblée nationale, comme au Parlement Européen, Marine Le Pen et les élu·es de son parti se sont opposé·es quasiment unanimement et systématiquement aux textes qui promeuvent l’égalité entre les femmes et les hommes – que ce soit pour l’égalité salariale, l’accès à la contraception, la lutte contre les violences faites aux femmes et les violences de genre, ou la promotion de la parité.

Enfin, Marine Le Pen s’oppose à l’éducation à la vie affective et sexuelle à l’école primaire, fondement de la prévention de ces violences auprès des plus jeunes. Ses soutiens sont plus clairs encore : ainsi Éric Zemmour a fait du combat contre le féminisme un combat contre la “dévirilisation de l’occident”, et contre le “grand remplacement”. En matière de droits des femmes, l’extrême droite a une constante : celle de nous combattre, de nous mépriser et de nous piétiner.

L’égalité entre les femmes et les hommes que prône Mme Le Pen et son parti n’est qu’une façade qui masque une volonté de stigmatiser et d’exclure les femmes étrangères ou immigrées et d’entraver la liberté des femmes à choisir leur destin, en les renvoyant à la maison ou en les reléguant avant tout à des rôles maternels.

Nous, féministes, nous sommes les héritières de celles qui se sont battues pour le droit de vote, nous n’avons pas peur d’en faire usage. Demain comme hier, nous serons mobilisées pour une véritable égalité. Aujourd’hui nous appelons sans réserve à faire barrage à Mme Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. #Ecouteznousbien #pasunevoix. »

SIGNATAIRES

Africa 93 – Astrea – Au Tambour ! – Alternatif world – L’Assemblée des Femmes – Association Française du Féminisme – Ciné-Woman – Collectif Féministe contre le viol (CFCV) – Collectif Georgette Sand – Dans le Genre Égales – Des_Codeuses – Élu·es contre les violences faites aux femmes – Empow’Her – En Avant Toute(s) – Ensemble contre le sexisme – Equipop – Excision Parlons-en ! – Fédération Nationale des centres d’information des femmes et des familles (FN-CIDFF) – Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) – Femmes ici et ailleurs – Femmes solidaires – FIT- une femme un toit – Fondation des Femmes – – Ikambere – Laboratoire de l’égalité – L’Burn – L’Égalité c’est pas sorcier – Luna Podcast -Maydee – #NousToutes – OFAD (Organisation des Femmes Africaines de la Diaspora) – Osez le Féminisme ! – Oxfam – Parents et Féministes – Le Planning Familial – Solidarité Femmes 13 – Une Voix Pour Elles – Union Régionale Solidarité Femmes (URSF) Île de France –

Lettre ouverte aux petites et aux jeunes filles afghanes, par 150 organisations en faveur de l’égalité dont Ensemble Contre le Sexisme

TRIBUNE – « Laïla, Donya, Zahar, Taheret, nous pleurons avec vous. » Plus de 150 organisations en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, dont 2GAP et le Collectif contre le sexisme, adressent dans le JDD une lettre ouverte aux petites filles et aux jeunes filles afghanes après la fermeture des écoles dans le pays. 

Parution JDD le 27/03/2022

Voici la tribune du collectif : « Soheila, tu es sur le pas de ta porte à Kaboul et tu pleures. Ton père t’a conduite à l’école ce matin et la porte était close. Depuis six mois, tu tentes de continuer à apprendre sur écran ou sur livre ; tes parents te soutiennent mais cet enfermement te pèse. Tu rêves de soleil sur ta peau, de courir dehors, de faire exulter ton corps ; tu voudrais retrouver tes amies, discuter, rire et vous fâcher ; tu rêves de faire de la musique ou du sport avec d’autres. Tu es enfermée. Taïba, tu es sur le pas de ta porte dans un village loin de Kaboul et tu pleures. Depuis six mois tu es restée chez toi, sans accès aux réseaux. Ton ancienne institutrice a bien tenté de conserver le lien avec des livres mais c’est dur. Ton foyer est chaleureux, tu as de la chance ; d’autres sont violents. Tu es enfermée.

Laïla, Donya, Zahar, Taheret, nous pleurons avec vous. Les oukases barbares des talibans, la domination patriarcale dans ce qu’elle a de plus révoltant vous ont frappées là où se forge votre humanité : la liberté de disposer de votre corps et l’accès au savoir. Vous vouliez être actrices du monde et, au nom du sexisme le plus abject qui proclame la supériorité des hommes sur les femmes, vous vous retrouvez citoyennes de seconde zone, rendues délibérément esclaves dans vos corps et vos cerveaux. Nous voudrions que vous voyiez nos mains tendues et nos sourires. Vous ne les verrez pas.

Nous pleurons mais nous sommes surtout révoltées ; révoltées par le sort fait à des milliers de petites filles et adolescentes, révoltées par ce gâchis de talents et de chances. Nous savons que les femmes sont peu décisionnaires sur la scène internationale, malgré ce terme de diplomatie féministe que nous tentons de promouvoir, malgré les exercices multilatéraux déplorant la place des femmes dans les organisations internationales, comme dans le programme « femmes, paix et sécurité ». Mais décisionnaires ou pas, nous voulons toutes que nos pleurs et notre révolte envahissent le champ des consciences et se transforment en nouvelles exigences portées au niveau international pour que les talibans ouvrent l’école aux filles et plus largement les métiers aux femmes. Nous les talonnerons pour ce faire.

Bousseh, Kimia, Fatemah, Parvin, nous voulons aussi que vous parvienne, sous une forme ou sous une autre, notre conviction profonde que la force des femmes peut faire fléchir les puissants ; que la barbarie n’est pas une fatalité ; que la solidarité et la lutte pour faire reculer la domination patriarcale, sous ses formes les plus obscurantistes comme sous ses formes moins visibles, est un combat que les femmes du monde entier et nombre d’hommes, nous l’espérons, ne lâcheront jamais. Il y va de notre condition d’être humain. »

SIGNATAIRES

Collectif de réseaux privé/public2GAP

Administration moderne – Alliance pour la Mixité en Entreprise (AME) – Alter Egales – Asociación Multisectorial de Mujeres Directivas y Empresarias (AMMDE) – Association BNP Paribas MixCity – Association des administrateurs territoriaux (AATF) – Association des Anciens Elèves de l’ENA (AAEENA) – A3F Association des femmes fiscalistes – Association Française des Femmes Juristes (AFFJ) – Association pour les Femmes Dirigeantes de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (AFDESRI) – Avec les Femmes de la Défense – Business Professional Women (BPW) – Cercle InterElles – CentraleSupelec au Féminin – Club Com’Elles – Collectif Ensemble contre le Sexisme (= 40 réseaux, associations et instances chargées de l’égalité à Associations membres – ECLS) – Corporate Governance Hub (CGHub) – CREATE Lyon (Centre de recherche Magellan – IAE Lyon) – Cultur’Elles – Democracy Today – Dirigeantes et Territoires – Donner des ELLES à la santé – Elle&Co – EMLyon au féminin – ESSEC (Centre Européen en Droit et Economie – Women Empowerment) – European Network for Women In Leadership (WIL Europe) – European Women Lawyers Association (EWLA) – Féminisme Populaire – Femmes Business Angels – Fédération Femmes Administrateurs (FFA) – Femmes Chefs d’Entreprises France (FCE) – Femmes Chefs d’Entreprises Mondiales (FCEM) – Femmes de Bercy – Femmes de l’Intérieur – Femmes de Justice – Femmes de Loi, Femmes d’Exception – Femmes des services du Premier ministre – Femmes du Tourisme – Femmes en Mouvement – Femmes et Diplomatie – Femmes Huissiers de justice de France (AFHJF) – Femmes Ingénieurs – Financi’Elles – Grandes écoles au féminin (GEF) – HP WIN (Women’s Impact Network) France – INSP 50–50 – JUMP – Laboratoire de l’Egalité – La Cour au féminin – Le Siècle des Femmes – Les Entrepren’Heureuses – Mouvement Pulvériser le Plafond de Verre – NEOMA ALUMNI / WO.MEN by NEOMA Alumni – Observatoire de la Mixité – ONU Femmes France – Parité Assurance – PFDM, Pour les Femmes dans les Medias – Pluri’Elles – Prenons la Une – Professional Women’s Network Paris (PWN) – REFENS_JUST 1, Réseau des Femmes Entrepreneures Nord–Sud – SciencesPo Femme et Société by SciencePo Alumni – SISTA – SNCF Mixité – TalentuElles – VOX Femina – Women in International Security (WIIS) – Women in networking

Tribune Ensemble contre le sexisme : Pour un plan de déconfinement antisexiste

Parce que lutter contre le sexisme, c’est défendre les droits fondamentaux des femmes, parce que la crise sanitaire renvoie les femmes aux archaïsmes de leur condition, nous, les 39 associations réunies dans le collectif Ensemble contre le sexisme, proposons de déclarer l’état d’urgence contre le sexisme.

Mobilisé·es au quotidien contre les inégalités entre les femmes et les hommes dans nos associations, nos entreprises, nos réseaux professionnels ou nos administrations respectives, nous sommes partagé.es entre admiration et indignation.

Notre avenir ne doit pas être l’éternel recommencement de l’invisibilité des femmes. Il est temps de prendre conscience que notre société sexiste est bâtie sur le patriarcat qui implique une hiérarchie entre les sexes.

Les femmes ne veulent ni médailles, ni promesses, ni considération feinte.

Nous exigeons un plan de déconfinement antisexiste. Et, pour commencer, des mesures rapides :

  • Refonder les rémunérations sur les valeurs effectives des métiers, en s’inspirant du modèle québécois
  • Intégrer aux programmes scolaires de tous niveaux une éducation à la culture de l’égalité et à la sexualité et instaurer une journée consacrée à l’égalité entre les filles et les garçons dans tous les établissements scolaires et universitaires
  • Garantir que l’ensemble des financements publics bénéficient au moins à 50% aux femmes
  • Instaurer l’obligation de 50% de femmes expertes dans les médias
  • Rembourser intégralement toutes les contraceptions et imposer le délai de 14 semaines de grossesse pour l’IVG
  • Lutter contre l’invisibilité des femmes dans le langage et utiliser l’écriture inclusive dans toutes les communications publiques et privées
  • Contrôler la mise en place effective de l’égalité salariale dans les entreprises et la fonction publique et sanctionner financièrement les manquements
  • Rendre obligatoire un congé paternité allongé et rémunéré
  • Valoriser l’héritage culturel, artistique, intellectuel et scientifique des femmes : inscrire le matrimoine, au même titre que le patrimoine, dans les programmes scolaires et universitaires et dans l’espace public
  • Sanctuariser les budgets dédiés à l’Égalité et la Diversité, et rendre obligatoires les formations contre le sexisme pour toutes et tous dans les entreprises de plus de 10 salarié.es
  • Généraliser à tous les secteurs professionnels la création d’une cellule d’écoute et d’accompagnement contre les violences sexuelles et sexistes
  • Lutter contre les stéréotypes sexistes des représentations des femmes dans les fictions, à la télévision, au cinéma, dans la publicité, etc. et créer une infraction d’atteinte sexiste à l’image
  • Cibler au moins 50% des financements publics à la formation professionnelle des femmes
  • Exiger la parité pour tous les postes à responsabilité et instaurer des sanctions financières dans tous les secteurs privés comme publics (sport, culture, entreprises, etc.)
  • Instaurer une journée nationale contre le sexisme

De même que les plans de relance et de soutien à l’économie doivent être assortis d’exigencesclimatiques, les politiques publiques entrepreneuriales et managériales de sortie de crise doivent inclure des exigences féministes, pour que les femmes soient la grande cause du déconfinement. 

SIGNATAIRES

Les membres d’Ensemble contre le sexisme : AAFA – Tunnel des 50, Administration Moderne, Assemblée des femmes, ASTREA, BECOMTECH, BPW France, Centrale au Féminin, Centre Hubertine Auclert, Cercle InterElles, Chiennes de garde, Conseil national des femmes françaises, Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF), Excision, parlons-en !, Experte des politiques d’égalité, Femmes Ingénieurs, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA), Femmes solidaires, Fémix’Sports, Fédération Nationale des CIDFF (FNCIDFF), FédérationNationale Solidarité Femmes (FNSF), Financi’Elles, Fondation des Femmes, Global Contact, Grandes Ecoles auFéminin, Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE), JUMP, Laboratoire de l’Egalité, Mouvement HF, Mouvement français pour le Planning familial, Observatoire de la qualité de vie au travail, ONU Femmes France, Politiqu’elles, Prenons la une, Sciences-Po au Féminin, Social Builder, Toutes Femmes, Toutes Communicantes, Union des Jeunes Avocats, Women in Networking (WIN), Women Safe

Appel des 37 associations pour la création d’une Journée Nationale contre le sexisme

27 janvier 2020

Nous, Collecif « Ensemble Contre le Sexisme », réunissant 37 associations, nous réclamons l’institution d’une journée nationale contre le sexisme.

Depuis 2017, chaque année, en janvier, nous avons monté une grande manifestation contre le sexisme dans tous les secteurs de la vie personnelle, professionnelle et sociale avec un même constat :

  • le sexisme constitue le terreau fertile où s’amorcent et s’alimentent les inégalités entre les femmes et les hommes ;
  • il autorise les violences et laisse le champ libre à tous les prédateurs, harceleurs ou violeurs ;
  • il limite le champ des possibles et couvre d’un voile noir la moitié des désirs et aspirations auxquels filles et garçons, femmes et hommes, peuvent prétendre ;
  • le rose et le bleu non seulement formatent irréductiblement nos comportements mais portent aussi le signe d’une stigmatisation permanente du pôle féminin : le masculin l’emporte toujours sur le féminin, comme en grammaire. Et surtout avec un même élan et une conviction inébranlable : c’est dans le partenariat et dans la déconstruction des stéréotypes de sexe qu’une société meilleure peut advenir pour les hommes comme pour les femmes. Le sexisme sous toutes ses formes est l’obstacle majeur à l’égalité entre les femmes et les hommes entravant la liberté des femmes à chaque étape de leur vie privée et professionnelle. Il doit se traiter en tant que tel, un système de disqualification du sexe féminin, que l’on retrouve partout, que ce soit au niveau institutionnel ou dans les relations interpersonnelles. A ce titre, le sexisme doit être rendu visible, être nommé clairement et combattu par des outils et actions spécifiques, qui ne sauraient se limiter aux mesures prises pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ni le 8 mars, journée internationale des droits des femmes ; ni le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, ne s’attaquent au phénomène du sexisme dans toutes ses ramifications et sa complexité. La lutte contre le sexisme mérite une journée nationale dédiée.

Cette journée permettra une mobilisation forte sur tout le territoire français de l’ensemble de la société pour agir ensemble et pour éradiquer ce fléau. Et elle pourrait même dépasser nos frontières ! L’annonce de la mise en place d’une journée nationale de lutte contre le sexisme en 2020 pourrait inspirer de multiples pays que la France accueillera lors du Forum Pekin +25, intitulé « Génération Egalité »… or, ni nos générations, ni les suivantes ne sauront être égalitaires sans nous débarrasser collectivement du sexisme.

En conséquence, nous appelons à signer cet appel pour l’instauration d’une journée nationale contre le sexisme, le 25 janvier de chaque année.

Rejoignez-nous et vous aussi, partagez cet Appel !

Le collectif « Ensemble Contre le Sexisme » est constitué d’associations, d’instances en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, de réseaux de femmes et d’hommes d’entreprises engagé·es pour la mixité, toutes et tous mobilisé·es pour lutter contre le sexisme sous toutes ses formes et dans tous les secteurs.

SIGNATAIRES

AAFA- Tunnel des 50 – AdministrationModerne – Assemblée des femmes – Assemblée des femmes de Paris-Ile de France – Astrea – BECOMTECH – BPW France – Centre Hubertine Auclert – Cercle InterElles – Chiennes de garde – Comité ONU Femmes France – Conseil national des femmes françaises – Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF) – Excision, parlons-en – Femmes Ingénieurs – Femmes pour le Dire femmes pour Agir (FDFA) – Femmes solidaires – Femix’Sports – Fédération Nationale des CIDFF (FN-CIDFF) – Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) – Financi’Elles – Fondation des Femmes – Global Contact – Grandes Ecoles au Féminin – Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) – JUMP – Laboratoire de l’Egalité – Mouvement HF – Mouvement français pour le Planning familial – Observatoire de l’équilibre des temps et de la Parentalité en Entreprise – Politiqu’elles – Prenons la Une – Sciences-Po au féminin – Social Builder – Toutes Femmes, Toutes Communicantes -Union des Jeunes Avocats (UJA) – Women in Networking (WIN)

Ensemble contre le sexisme
Adresse
Contact

88% des Français.es considèrent que les femmes et les hommes ne sont pas égaux en pratique.

78% des Françaises ont vécu personnellement un acte sexiste ou ont été destinataires de propos sexistes.

80% des Français.es considèrent que les lois et sanctions existantes sont insuffisantes ou mal appliquées.